Sélectionner une page

#GROUPSHOWExposition du 19 décembre 2020 au 9 janvier 2021Monia Abdelali, Yassine Balbzioui, Ibn El Farouk, Maryam Mechiche, Pimax, Mohamed Rachdi, Selfati

L'Exposition

Avec #GROUPSHOW la Galerie Shart inaugure une série d’expositions collectives réalisées à plusieurs reprises au cours d’une même année. Motivées par la volonté de donner encore plus de visibilité aux artistes représentés par la galerie et à leurs œuvres, ces expositions sont l’opportunité de montrer aussi bien des travaux existants que des productions récentes, les pertinences de choix et de sélections des œuvres s’imposant au gré des cohérences scénographiques.

Pour cette première édition #GROUPSHOW c’est par la couleur ou « les couleurs » chères à leurs auteurs que les choix se sont imposés, par eux mêmes, sans parti pris ; parce que c’est aussi et surtout par les palettes choisies par chaque artiste que la composition de l’œuvre d’art se pense, s’organise, et s’ordonne ; et donne ainsi vie à une idée, à une inspiration, pour éveiller une sensibilité ou révéler une préoccupation, pour mettre un peu de poésie dans le quotidien, et pour rendre à la réalité les couleurs rêvées des artistes.

Les artistes

MONIA ABDELALI
Née au Maroc en 1964, Monia Abdelali a suivi une formation de peinture à l’Atelier de Clèves à Toulouse. De plusieurs résidences d’artistes en Floride aux USA et en Jamaïque elle garde un sens de la couleur vive qui convient à ses thématiques de prédilections exprimées en peintures et en sculptures. Essentiellement préoccupée par la condition de la femme dans le monde d’aujourd’hui Monia Abdelali donne la parole à toutes celles qui, dit-elle, ne seront « libérées » qu’au cours du troisième millénaire. Ainsi une série de sculptures réalisées récemment se dressent telles des poings levés, telles des sentinelles, armées de bienveillance et de bonté, s’opposant calmement, tranquillement, et sans bruit à toutes les formes d’obscuration de nos habitudes.

YASSINE BALBZIOUI
Yassine Balbzioui est né en 1972 au Maroc. Formé à l’Ecole des Beaux-arts de Casablanca et de Bordeaux il suit également une formation Arts et media dans le cadre du programme Education Abroad Program à l’université de Berkeley aux Etats-Unis. Le travail de Yassine Balbzioui se développe autour de différents axes où il développe une production d’une grande richesse formelle et sémantique, dans laquelle la représentation de l’humaine animalité, le plus souvent sous le couvert du masque, croise les notions de dérision, de l’idiotie, et du grotesque. Son œuvre s’évertue, avec un vitalisme jamais démenti et une énergie brute, au mélange de l’art et de la vie.

IBN EL FAROUK
Ibn El Farouk est né au Maroc en 1964. Artiste chercheur, il défie les codes de la photographie actuelle. Son œuvre ne suit pas la voie documentaire ou narrative du moment et s’attache au côté subjectif et métaphorique de la réalité. A l’opposé d’une photographie qui figure le réel, son travail à pour champ d’expérimentation la possibilité d’une abstraction paradoxale. Philosophe de formation, c’est cette approche philosophique qui l’amène à créer une œuvre en devenir. Ibn El Farouk traite la matière photographique dans un registre abstrait, revenant à l’essence même de ce qu’est la photographie au sens étymologique – littéralement, il peint avec la lumière.

ANUAR KHALIFI
Anuar Khalifi est né en Espagne en 1977. Artiste autodidacte protéiforme il crée un langage picturale pour nourrir une hymne à la liberté. Dans un chaos technique sans effets stylistiques Anuar Khalifi travaille à la recherche d’un équilibre et à une construction picturale. Inspiré par les comics et le monde de la musique il croque des scènes de la vie quotidienne peuplées de personnages issus de son imagination et de son observation. Hanté par les falsifications de l’histoire de l’art Anuar Kahlifi se propose de déconstruire une histoire officielle de la peinture dans un esprit de dérision affirmé où la profondeur de sa peinture provient d’un sentiment indéfinissable.

MARYAM MECHICHE
Née au Maroc en 1966 Maryam Mechiche est une artiste autodidacte qui puise de ses études scientifique le sens de l’expérience et des outils physiques et qui distingue cet invisible qui se dérobe aux communs. Réunissant des qualités d’imagination et de liberté elle organise et compose des œuvres complexes de simplicité mais également méthodiques et méditatives. Pouvant être considérée au fameux degré zéro de la peinture conceptuelle l’œuvre de Maryam Mechiche, quelque part entre zéro et infini, propose un langage pictural fait de lumières et de couleurs, de diffractions, de réflexions, de dispersions, et de réfractions.

PIMAX
Né en France en 1975 Pimax est un artiste urbain qui milite, dans un univers décalé, contre les déviances de la société de consommation actuelle. Controversées et provocantes, ses œuvres font écho à une connaissance de l’histoire de l’Art maitrisée et renvoient à la force de la mémoire collective et aux représentations de notre imaginaire. Détournant les codes de la Pop culture, Pimax transforme constamment les icônes transgénérationnelles en acteurs d’une nouvelle scène de l’Art contemporain et il occupe aujourd’hui une place particulière dans l’univers du street-art où il s’amuse des codes de l’art contemporain et revisite au gré de pochoirs et de sculptures les thèmes artistiques phares du vingtième siècle.

MOHAMED RACHDI
Mohamed Rachdi est né en 1964 au Maroc. Artiste, critique d’art et commissaire d’expositions, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’art contemporain et de nombreux articles d’essai dans des magazines, revues scientifiques et ouvrages collectifs, ainsi que des préfaces de catalogues. Son activité artistique se développe autour d’un projet ouvert et dynamique, sans cesse créatif et interactif, un projet qui se déploie sous diverses formes et attitudes créatrices, en constante mobilité entre territoires réels et virtuels, entre invitation aux expériences ludiques et échafaudages rigoureux d’actions stratégiques touchant aux niveaux poétiques, philosophiques, sociologiques et politiques.

SELFATI
Né au Maroc en 1967 Selfati est diplômé de l’Institut des Beaux-arts de Tétouan et licencié de la faculté de Madrid section Beaux-arts. Artiste maitrisant le dessin ainsi que la peinture, sa créativité minimaliste est néanmoins empreinte d’une force tellurique et néanmoins poétique. Usant de peu de couleurs et d’aplats sans recherche d’effets plastiques, il travaille essentiellement sur la thématique du rapport de l’homme à sa nature première, celle de l’enfance et de la découverte du monde immédiat. De sa mémoire jaillissent ces images étranges où se mêlent imaginaire et réel, et d’où il tire un intérêt sans cesse renouvelé, avec une poésie solitaire et mélancolique, pour la représentation botanique ou zoologique, mais aussi pour la faune et la flore.

Aperçu